EN PERTE D’AUTONOMIE : HÉBERGEMENT OU LE MAINTIEN À DOMICILE ?

Accueil » Blogue » Articles » EN PERTE D’AUTONOMIE : HÉBERGEMENT OU LE MAINTIEN À DOMICILE ?

EN PERTE D’AUTONOMIE : HÉBERGEMENT OU LE MAINTIEN À DOMICILE ?

Bien que souvent associée à la vieillesse, la perte d’autonomie n’est pas qu’une question d’âge. Elle peut découler d’une maladie, d’un handicap, d’un accident ou d’un ennui psychologique. Dans certains cas, il est possible de prévenir, de retarder ou de diminuer les effets indésirables de ces pertes. Vient tout de même un point où les soins de suivi et de santé deviennent nécessaires et inévitables afin d’assurer un environnement sécuritaire et des services adaptés aux besoins spécifiques du patient concerné.

Un adulte apte, qui peut fournir un consentement libre et éclairé, peut choisir lui-même où il désire vivre et peut prendre ses propres décisions quant aux traitements médicaux à recevoir. Certaines personnes en perte d’autonomie décideront de demeurer dans leur domicile le plus longtemps possible, alors que d’autres opteront pour les résidences offrant un encadrement adapté aux soins à recevoir. Dans un cas comme dans l’autre, cette décision dépend de divers facteurs : le revenu disponible, l’état de santé de l’intéressé, ses conditions de vie et d’habitat, l’accessibilité à des ressources et à des aidants. Le choix de l’hébergement doit toutefois avoir pour but de fournir un environnement sain et sécuritaire avec les meilleures dispositions pour favoriser le rétablissement, le maintien ou l’amélioration de la qualité de la personne en perte d’autonomie.

Quelles sont les différentes options d’hébergement ?

Si le maintien à domicile devient de plus en plus exigeant et complexe pour l’aidé autant que pour l’aidant, peut-être est-ce le temps d’explorer les choix d’hébergement possibles et disponibles. Or, pour entamer cette importante démarche de réflexion, il s’avère nécessaire d’évaluer les besoins à court et à moyen terme de la personne en perte d’autonomie. Puis, il faudra choisir entre l’option temporaire ou permanente la plus adaptée à ses nouvelles contraintes. Que ce soit dans le réseau public ou le réseau privé, il faut également considérer et mesurer l’impact qu’aura le changement et la transition du domicile familial vers l’hébergement.

Hébergement dans le réseau public

    • Ressources de type familial (RTF) : Familles d’accueil ou résidences d’accueil adaptées pour un encadrement léger visant à recréer les conditions de vie d’un milieu familial.
    • Ressources intermédiaires (RI) : Infrastructures et environnements sécuritaires pour personnes en perte d’autonomie de légère à modérée où les soins et services sont prodigués et supervisés par une équipe multidisciplinaire. Les coûts sont établis par la RAMQ.
    • CHSLD publics : Établissements pour personnes en perte d’autonomie sévère dans lesquels les intervenants assurent le suivi médical et infirmier, ainsi que la gestion des médicaments. Les CHSLD publics sont entièrement régis par l’État et les coûts sont déterminés par le gouvernement.

Hébergement dans le réseau privé

    • Résidences privées pour personnes âgées (RPA) : unités locatives pour personnes autonomes ou en légère perte d’autonomie qui recherchent la sécurité, les commodités, les services et les activités sur place.
    • CHSLD privés : Établissements pour personnes en grande perte d’autonomie où tous les frais liés aux soins et services sont assumés par le résident.

Nous pouvons vous aider

Le Comité des usagers a pour mission d’assurer la qualité des soins et des services afin de garantir la pleine satisfaction de la clientèle et son bien-être au sein du système de santé du Québec. Si vous avez besoin d’assistance, nos membres peuvent vous accompagner dans vos démarches de recherches d’information, d’application des droits ou de dépôt de plaintes.

Partager cet article